«Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes»   Actes des Apôtres  5,29                                   

 

E 29 août 1997 le pasteur Paul Schneider aurait eu 100 ans. Né à Pferdsfeld, il vint à Hochelheim (près de Wetzlar) avec ses parents à l’âge de douze ans. En 1912, son pére, le pasteur Gustav Adolf Schneider, officiait le jour où il fit sa confirmation.´                                                                                                                                        

                                                                                                                                                            

 


 

 

Rentré de la Grande Guerre, il étudia la théologie, se demandant toujours s’il avait bien choisi sa voie. Il travailla dans une acierie de la Ruhr, et s’occupa des sans abris et des chômeurs de Berlin.

 

Que son père est mort en janvier 1926, Paul il fut nommé pasteur à Hochelheim et Dornholzhausen.

 

Jusqu’en 1933, le pasteur Schneider, et son épouse Margarete, née Dietrich, s’occupèrent de ces deux paroisses. Durant cette période, ils fondèrent une association destinée à venir en aide aux femmes et aux sans abris. En outré ils fondèrent un centre pour jeunes.

 

Après la prise du pouvoir par Hitler, le pasteur Schneider se rendit très vite compte que l’église de Jésus entrerait inévitablement en conflit avec le régime nazi qui mettait en question l’autorité absolue de Dieu. Lui-même vivait sans crainte en obéissant exclusivement à Dieu. Il était de plus en plus évident que toute compromission avec les Nazis était exclue.

 

Il devint membre du «Pfarrernotbund», qui allait devenir plus tard la «Bekennende Kirche» ( l' Eglise Confessante - le mouvement protestant d’opposition au nazisme).

 

Dès septembre 1933 les premiers affrontements avec le NSDAP, les représentants de la paroisse de Hochelheim et la direction de l’Eglise protestante de la Rhénanie commencèrent.

 

 

 

C’est pourquoi il fut nommé à un autre poste. À partir de mai 1934 il devint pasteur des paroisses de Dickenschied et de Womrath (Hunsrück).

 

Peu après son entrée en function, un scandale éclata pendant l’enterrement d’un jeune nazi. Il fut pour la première fois arrêté et emprisonné. Dès lors il fut espionné, accusé, interrogé et jeté plusieurs fois en prison. En 1937, lors de la fête de la moisson, il fut de nouveau arrêté et après deux mois passés dans la prison de la Gestapo à Coblence, il fut transferé au camp de concentration de Buchenwald près de Weimar. Détenu, il portrait le matricule n° 2491.

 

Il aide, console et encourage les autres détenus. Comme il refuse d’ôter son calot pour saluer le drapeau à la croix gammée, pour l’anniversaire d’Hitler en 1938, il est envoyé au cachot.

 

Il prêche par la fenêtre de sa cellule, encourage les autres détenus, et dénonce les agissements des SS.

 

Les tortures et les supplices atroces, les priva-tions de nourriture et de sommeil, qui s’ajou-taient au manqué de lumière de sa cellule, ne l’empêchèrent pas d’être un soutien pour les autres détenus et un messager de la parole de Dieu. Le 18 juillet 1939, il fut définitivement réduit au silence par des doses massives de strophantine qui provoquèrent un arrêt cardiaque.